Korpikaani___logonew_BITMAP

 

 

Interview de KORPIKLAANI (Finl)

"Rock’n folk..."


Annoncés d’ores et déjà pour le prochain Hellfest (rendez-vous le dimanche 19 juin!), c’est toujours avec bonheur que nous accueillons dans nos pages les troubadours Finlandais. Après avoir écumé les scènes du monde entier en 2010, Korpiklaani a tout de même sereinement préparé son septième album studio, marquant ainsi une légère trêve discographique l’an dernier. La recette de son Métal folklorique n’a point changé mais un certain regain de fraîcheur parcourt ce Ukon Wacka qui ne demande qu’à s‘exprimer en live accompagné de quelques breuvages… Tout juste de retour d’une participation (sans doute arrosée) à la croisière 70000 Tons of Metal en mer des Caraïbes (avec Fear Factory, Exodus, Amon Amarth…), leur accordéoniste, d’avantage présent d’ailleurs sur ce nouveau disque, a bien voulu répondre rapidement à nos questions…

band


[ENTRETIEN AVEC JUHO  « JUHOKUSTI » KAUPPINEN (ACCORDEON) – PAR SEIGNEUR FRED & SOPHIECAT – PHOTO : DR]

L’hiver se termine à peine… Comment t’occupes-tu durant cette dure saison chez vous en Finlande ? Quels sont tes hobbies ?
J’essaie de m’intéresser aux loisirs d’extérieur, donc en gros à la randonnée. Certains pourraient penser que mon passe-temps préféré est encore le ski. Ça l’est mais je n’ai pas skié depuis des années à vrai dire. Si j’avais des skis, je le ferais plus souvent. En fait,  j’ai eu un accident de ski il y a dix ans et j’ai donc décidé d’arrêter. Sinon, je vais au sauna une fois par semaine mais notre réservation pour le sauna étant le vendredi, je ne suis pas toujours à la maison, surtout en été car nous avons souvent des festivals. Je ne bois plus d’alcool, j’ai arrêté en 2007. Les autres boivent aussi rarement à la maison. C’est surtout pendant les concerts. J’aime aussi la lecture. J'aime lire des romans policiers, des histoires vraies et de la science-fiction. Je pense même écrire mon propre livre de fiction mais c’est juste une idée pour l’instant. On verra.

Qu’avez-vous donc fait l’année dernière pour ne pas sortir un nouvel album et attendre 2011 pour le faire ? Vous étiez sur les routes ?
Karkelo a été enregistré au printemps 2009 et Ukon Wacka à l’automne 2010. Les albums auraient pu sortir une année après l’autre mais cela prend bien souvent six mois pour qu’un album sorte après son enregistrement. Nous n’avons donc pas glandé (rires) ! Nous avons tourné dans trois continents en 2010 et nous avons eu la chance d’aller en Amérique du Sud pour la première fois. Nous avons fait quatre tournées au total et participé à plusieurs festivals en été.

La sortie d’un album est-elle une excuse pour repartir en tournée à chaque fois ? Préférez-vous finalement la scène ou bien enregistrer un disque en studio ?
L’enregistrement et le live ont chacun leurs bons côtés. Tourner, c’est amusant, alors qu’enregistrer est plus créatif. Nous avons et faisons le meilleur de chaque. Bien sûr, nous tournons pour faire la promo de l’album mais pas seulement. Nous pourrions tourner sans sortir nos albums à ce rythme.

Vous avez enregistré Ukon Wacka dans le même studio que Karkelo, aux Petrax Studios, mais il sonne différemment : il est plus puissant et plus Rock, comment expliquez-vous cela ?
Le précédent album n’a pas été entièrement enregistré au Petrax Studio, la batterie seulement. Mais Ukon Wacka a été enregistré entièrement là-bas. Et cette fois-ci donc, nous avons pris le même producteur avec qui nous avons commencé à travailler sur Karkelo. Et nous avons aussi travaillé avec Tero Hyvaluoma pour les parties d’instruments traditionnels. On peut sentir le nouvel apport de chacun des producteurs. Tuomari Nurmio, un musicien finlandais connu, chante également sur un morceau d’Ukon Wacka.

C’est vrai que vous avez dû changer vos projets d’enregistrement au studio à cause de Children Of Bodom ?
Peut-être…

Comment avez-vous composé ces dix morceaux alors que vous étiez tout le temps en tournée ?
Non, nous n’étions pas partis en tournée tout le temps. C’est vraiment quelque chose que j’apprécie. Mon cousin me demandait justement si j’avais du temps libre, en dehors des tournées. Mais je ne tourne pas tout le temps ! Je peux passer pas mal de temps à la maison. Et puis la composition n’a jamais pris beaucoup de temps. L’écriture vient facilement avec le groupe. C’est spontané et ne nécessite pas de réflexion intense. L’écriture doit être amusante, et ça l’est, donc nous continuerons à enregistrer à ce rythme.

C’est surprenant ! Ukon Wacka semble plus rentre-dedans donc par rapport à Karkelo comme on le disait mais en même temps, les instruments folkloriques comme le violon ou l’accordéon sont d’avantage mis en avant et mieux mixés…
Nous avons travaillé avec Tero Hyvaluoma pour les instruments traditionnels comme je te le disais. C’est un professionnel aux multiples talents, et aussi avec le producteur Aksu Hanttu. Ce dernier a obtenu les meilleurs résultats possibles.

Korpiklaani_2010_promo_photo_E

Un mot sur la nouvelle chanson dédiée à l’alcool intitulée « Tequila », après « Beer Beer » sur Voice Of Wilderness et « Vodka » sur Karkelo… ?
« Tequila » n’est pas vraiment un morceau sur la boisson mais plus un hommage aux fans sud-américains et mexicains. Elle décrit l’atmosphère ressentie pendant notre tournée là-bas l’an dernier.

Et d’où vient exactement le nom « Ukon Wacka » ? Quel est sa signification ?
Ceci est lié à « The Bushel of Ukko » (NDLR : « le boisseau d’Ukko » en français) et à la « vakkajuhlat », une fête religieuse organisée par une ou plusieurs communautés villageoises parmi la société baltico-finnoise. Cette fête païenne donc était appelée « vakkove”, « vakkova » ou « vakkue » selon  les Izhoriens, tribu autochtone d’Ingrie (NDLR : ancienne région historique située sur la route commerciale des Varègues, au carrefour entre la Russie et la Finlande, au bord du Golfe de Finlande). La célébration était aussi occasionnellement menée dans des bois sacrés. Seul un boisseau plein de victuailles, de la nourriture essentiellement, constituait la première offrande pour débuter. Des bières sacrées étaient brassées spécialement pour être bues à cette occasion. Il y avait aussi d’autres sacrements supposés qui continuaient en parallèle de la fête, tels que des processions en cercles en s’agenouillant ou des danses rituelles. Il y avait un toast spécial (de bière) à boire à la santé de tous à cette fête. Cela pouvait s’appeler un boisseau contenant donc la boisson, c’était le toast d’Ukko dans ce cas. Celui-ci pouvait être bu au milieu de l’été.

De quoi parlent les textes en général, quels sont les thèmes  abordés sur ce nouvel album ?
Il n’y a pas de réel concept, nous parlons plutôt de thèmes déjà présents auparavant en leur ajoutant des nouveaux éléments. Le livret contenu avec le disque explique en détail quelques-uns des morceaux.

Mais vous n’avez pas peur que le public ne comprenne pas les paroles de Korpiklaani à cause de la barrière de la langue ?
Pas du tout. Nous nous sommes rendus compte que cela n’avait pas d’importance que les chansons soient chantées en finlandais car le public les mémorise de toute façon. Nous n’avons pas non plus peur de ne pas être compris par la scène populaire car nous ne sommes pas un groupe populaire. Nous sommes contents si nous pouvons continuer comme nous l’avons fait jusqu’à présent.

Peux-tu nous parler du choix des reprises : « Päät Pois Tai Hirteen » de Peet Gunt, un groupe de Hard Rock finlandais, et un morceau de Motörhead ?
Peer Gunt et Motörhead sont les groupes préférés de Jonne Järvelä (guitare/chant) et des autres aussi. Jonne a choisi cette carrière de musicien quand il a vu Peer Gunt en live. Et nous avions déjà joué « Iron Fist » de Motörhead lors d’un concert au Royaume-Uni en 2007 et comme elle avait bien marché en live et que nous avions besoin d’un morceau bonus, le choix a été facile.

Il y a un shaman de représenté sur chaque pochette d’album de Korpiklaani. C’est en quelque sorte votre mascotte. Je trouve qu’il ressemble à votre bassiste Jarkko Aaltonen, en plus vieux (rires). C’est fait exprès ??
Non, nous n’avons jamais pensé à cela (rires).

Vous aviez participé au Hellfest en 2007 pour la première fois et vous allez y rejouer cette année... Vous êtes contents ?
Oui nous sommes très heureux de revenir !!

Enfin, quand allez-vous sortir un vrai DVD live complet ?
On y pense mais c’est juste une idée pour le moment. On verra bien…

DSCN6953


Korpiklaani___Ukon_Wacka_artwork









KORPIKLAANI – Ukon Wacka

Nuclear Blast / Pias

www.myspace.com/korpiklaani